Les tendances des défilés Automne-Hiver 2020-21: une inquiétude perceptible

Après quelques perturbations organisationnelles dû au Covid-19, les créateurs de mode féminine annoncent une saison empreinte d’inquiétudes et de troubles liés aux enjeux sociaux, environnementaux et sanitaires.

Les silhouettes très structurées transcrivent une idée de fragilité de la femme et une envie de la protéger. Veste à épaules larges (Balmain), maxi-capes (Givenchy), cagoules (Marine Serre) ou encore pardessus cache-poussière, voilà la tendance déclinée par toutes les grandes maisons.

On augmente également le volume, toujours dans cette idée de préservation, la femme arbore des maxi-trenchs (Toga), des maxi-doudounes (Rick Owens), des tailleurs (Isabel Marant) et des vestes de chasses. Les couches s’empilent pour certains (Kenzo, Margiela etc.), tandis que d’autres travaillent sur des assemblages délicats et complexes tout en finesse (Hermès, Louis Vuitton etc.); contraste qui fut fortement remarqué.

Mais c’est aussi une couleur qui se démarque davantage, le Vert, comme un soubresaut de conscience éco-responsable qui veut marquer les esprits. En robe, en combinaison ou encore en veste, le Vert couleur de l’espoir, inspire les créateurs qui le déclinent sous toutes les coutures. (Miu Miu, Valentino, Longchamp, Kenzo, Moncler, Burberry etc.)

Enfin au niveau des textures, plusieurs se démarquent telles que le cuir, avec le manteau tout en cuir dans un esprit « Matrix » (Salvatore Ferragamo), le latex pour un look futuriste (Balmain) ou encore le nylon qui joue sur la nudité (Mugler).

Ainsi, la Fashion Week de Paris s’achève sur un sentiment mitigé entre préoccupation et légèreté.